Press "Enter" to skip to content

18 jours plus tard

Demain, cela fera 18 jours que nous avons posé le pied sur le sol vietnamien. 18 jours (et autant de nuits) que nous aurons touché du doigt le pays qui a porté Philippe. Jusqu’à sa naissance, jusqu’à notre rencontre.

Hier, lundi, nous avions rendez-vous à 10h au service de l’immigration pour récupérer son passeport vietnamien délivré au nom de Van Quyet. Il faudra attendre environ 1 an pour obtenir l’adoption plénière et donc son passeport français. Dans la foulée, nous nous sommes rendus – en taxi, pour 40 000 Dongs environ – à l’ambassade de France pour déposer la demande de visa. Aujourd’hui, à 16h30, j’avais en main le passeport visé de Philippe. Dernière formalité avant son aller simple pour la France.

Clairement, Hanoï c’est sympa mais nous avons hâte de rentrer en France pour lui faire découvrir sa nouvelle vie et construire solidement les bases de notre famille ; à base de purée mousseline, coquillettes et jambon Monique Ranou.
Nous sentons surtout que Philou a besoin de repères stables, d’un environnement calme et moins climatisé mais également de beaucoup d’espace à explorer sans risquer de se faire pincer par un cafard affamé.
Sortie de l’ambassade, direction la compagnie Vietnam Airlines pour échanger, si possible, nos billets de retour.

Prochain départ : demain soir 23h.
Heu… bon… ok !
Arrivée prévue à Paris à 7h puis re-départ de Gare de Lyon à 14h.

Donc ça y est. Nous rentrons demain soir en France avec notre fiston (et quelques bagages…) sous le bras. Nous profitons de cette dernière soirée pour faire un pélérinage avec les Audouze au Rainbow pour y goûter leur fameux Bún chả, trinquer une dernière fois à nos rencontres incroyables et négocier quelques souvenirs à coups de millions de Dongs.

Ce soir, dernière soirée à la maison-hôtel où Philippe s’est endormi comme un loir-tigre (!), où Aurore boit son thé en terminant courageusement un petit plaid qu’elle prépare depuis des mois et où je poste mon dernier article depuis le vietnam.

Demain, dernière matinée au Somerset où nous pousserons nos tongs jusqu’au restaurant de l’hôtel, où nous commanderons « tou fraïd aigue ouane saïdeuh » (2 oeufs au plat, quoi), où Philou entonnera un bruyant « pfa-ghaaa » (qui doit certainement vouloir dire « papa » !) avec une boule de pastèque dans chaque joue, où nous saluerons fraternellement les parents adoptants italiens, français, québécois et espagnols, où notre garçon esquissera un timide sourire au personnel adorable, où nous profiterons une dernière fois de l’aire de jeux pour fermer des portes et jouer avec les gentils copains japonais, où nous plierons bagage en attendant notre taxi de 19h.

Nouveaux épisodes à venir prochainement, restez connectés 😉

Vue de nuit du « Somerset Grand Hanoï »

Commentaires